Le rôle de notre inconscient est de nous faire vivre au mieux de nos capacités, c’est-à-dire à vivre en fonction de ce que nous avons appris de nos expériences de vie. C’est une partie extrêmement bienveillante contrairement aux croyances archaïques( inconscient freudien) même si parfois nous pouvons avoir l’impression du contraire. Les intentions de notre inconscient sont toujours bonnes, il est un réservoir inépuisable de sagesse et de connaissance sur nous-même.
Le conscient, lui, prend en charge tout ce qui est rationnel, logique et analytique.
A contrario, notre inconscient s’occupe de toutes les choses que l’on fait sans s’en rendre compte (fonctionnement biologique corporel), les apprentissages, la mémoire, les automatismes. L’inconscient enregistre tout ce que l’on ressent, entend, voit. Il emmagasine toutes nos perceptions (5 sens), celles dont on a conscience et celles dont on ne se souvient pas. Il est neutre et ne raisonne pas. Il « engramme « tout ce qui nous arrive, le bon comme le mauvais. Il ne fait pas de distinction entre la réalité et notre imagination. Que l’on vive réellement une situation ou que nous nous imaginions la vivre, lui, il l’a mémorise. Donc, l’accumulation tout au long de notre vie, de nos pensées et croyances, façonne ce que notre inconscient nous restituera. La qualité de notre vie donc dépend de la qualité de notre esprit.
Notre inconscient est en prise directe avec notre corps. La plupart de nos gestes sont inconscients .Quand vous marchez avez-vous conscience d’actionner chaque muscle à tour de rôle ? Bien sûr que non ! C’est notre inconscient qui se charge de cela et nous n’en n’avons pas conscience. Les informations envoyées par notre corps vers notre esprit sont d’abord interprétées par notre inconscient, telle une odeur, une sensation, un contact, qui peut nous apparaître désagréable avant même que nous comprenions consciemment de quoi il s’agit. La plupart de nos actes sont inconscients, il nous arrive tout le temps de faire des choses en pensant à autre chose, n’est-ce pas ? Et qui tient les commandes pendant ce temps ? …c’est notre inconscient ! C’est particulièrement évident avec les taches routinières comme en conduisant une voiture, mais en fait, c’est le cas pratiquement tout le temps. Notre inconscient est toujours actif même quand nous dormons, si un bruit se fait entendre, notre inconscient va le percevoir, l’analyser, le comparer à ce qui est censé être normal et provoquer notre réveil ou non, c’est-à-dire le retour de notre conscience. C’est comme lors d’une anesthésie ou d’un coma, notre inconscient peut percevoir, enregistrer et comprendre ce qui se dit dans la salle de soin. D’où les recommandations de « surveiller » ce qui se dit autour du patient, alors même qu’il est « endormi »….
Hypnos, le dieu grec du sommeil, est également considéré comme le gardien de la nuit qui reste éveillé lorsque le monde est endormi. C’est pourquoi, lors d’une transe hypnotique, même si notre conscience est « endormie », notre inconscient est là, qui écoute et nous protège. Il est possible en état d’hypnose d’accéder à certaines parties de cette mémoire pour comprendre et résoudre nos problèmes. Le thérapeute en hypnose propose par ses techniques, le moyen de transport le plus rapide et efficace d’accéder à ce qui nous échappe.

Les neurosciences révèlent aujourd’hui une partie du pouvoir de l’inconscient. « Je pense donc je suis » disait Descartes. Loin de vouloir mettre à mal la théorie cartésienne, force est de constater que la majorité de nos actions sont inconscientes, ou plutôt, non-conscientes. Lorsque l’on freine devant un obstacle en voiture, heureusement qu’il ne s’agit pas d’une action consciente. Le temps de prendre la décision consciemment et on l’aurait heurté, car oui, être conscient cela prend du temps. Du coup, l’inconscient revêt une importance prépondérante dans nos comportements que l’on ne soupçonnait pas. Bien plus qu’un simple appui à notre conscience, il aurait une part prépondérante dans tous les processus cognitifs: 90 pour cent de nos opérations mentales seraient inconscientes….La conscience  ne serait donc, en fin de compte, qu’une sorte de clap de fin qui ne se manifeste qu’1 fois que tout s’est déjà joué , un tour de passe-passe de notre cerveau pour nous faire croire que nous sommes consciemment aux commandes !
Siège de nos émotions, de nos réflexions, le cerveau nous permet de percevoir et de découvrir le monde qui nous entoure. Il est le principal organe du système nerveux central, il traite les informations en provenance de nos sens, contrôle de nombreuses fonctions de notre corps, dont la motricité volontaire et constitue le siège des fonctions cognitives.

Un jour, il sera possible de comprendre et d’améliorer le fonctionnement de notre cerveau et de lui permettre de s’exprimer dans toute l’étendue de ses possibilités gigantesques. C’est un voyage au cœur de l’objet le plus complexe de l’univers connu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *