« Au départ seuls les mots blessaient »

Toute personne qui est dans une relation avec une autre,  peut parfois sentir que ses besoins ne sont pas satisfaits ou que l’autre personne ne respecte pas ses droits.

Dans une bonne relation, ces occasions n’arrivent pas souvent. Quand ça va mal, les deux personnes se parlent et trouvent des solutions ensemble. Le conflit signe  une opposition ou un désaccord sur un objet particulier, mais il met en présence deux personnes qui se trouvent sur un même plan d’égalité, deux sujets, en capacité l’un et l’autre d’exprimer et de faire valoir leur point de vue.

Dans une communication honnête et responsable, les opinions, les idées, les caractères, les comportements peuvent être différents, mais chacun pense que les opinions, et idées de l’autre méritent respect et attention. Cette communication de partenariat est sous-tendue par le désir de comprendre le point de vue de l’autre, de l’intégrer comme un des éléments importants de la situation et de sortir du conflit .C’est l’état relationnel le plus adapté pour la discussion, la négociation, la créativité, la recherche de solutions équitables à des difficultés.

Une relation d’égalité se traduit par :

-un partenariat économique

-des responsabilités partagées et équitables  au sein du couple

-une égalité (avoir les mêmes droits que l’autre)

-un parentage responsable

-le respect mutuel

-la confiance et le soutien

-la négociation et l’équité : trouver ensemble des solutions

-un comportement non menaçant et soutenant : être maître de ses actes et paroles

…..et ceci…. indépendamment de la culture la race le sexe la religion, les revenus et l’instruction.

Dans une mauvaise relation, il y a souvent un manque de respect et les personnes impliquées n’arrivent pas à trouver des solutions. Souvent, il y a différentes formes d’abus au cours desquelles un des partenaires se sent mal, à propos de la situation, mais ne comprend pas nécessairement pourquoi. C’est une relation déséquilibrée, synonyme de violence psychologique. Ce type de relation se retrouve dans les relations intra-familiales (couples, parents, enfants, famille au sens large) mais aussi dans le cadre professionnel.

La violence conjugale n’est pas un conflit, c’est une violence !

En effet,  les violences conjugales sont déclenchées par l’auteur sous n’importe quel prétexte et visent à vérifier et réaffirmer sa domination sur la victime. Le rapport hiérarchique de domination s’installe un peu plus à chaque nouveau conflit et devient le seul mode de relation dans le couple. La victime n’a aucunement droit à l’expression. Chaque « crise », ou nouveau conflit  est synonyme de  renoncement, et d’affaiblissement pour la personne  qui la subit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *